Dix ans de Bikers’ Classics, dix ans pour Krugger !

L’artisan de Basse Bodeux, champion du monde des motos hors du commun nous réserve une surprise !

En 2012, les Bikers’ Classics ne seront pas seuls à fêter un dixième anniversaire. Notre ami Fred Bertrand, mieux connu sous le nom de Krugger, souffle lui aussi les dix bougies de son artisanat.
Si les Bikers’ Classics constituent un monument incontournable pour les amateurs de motos classiques, Krugger a, de son côté, conquis les passionnés de motos extraordinaires. En une décennie, l’atelier de Basse Bodeux a acquis une renommée universelle au point de venir rafler un titre mondial au nez et à la barbe des Américains. Une vraie référence !
Déjà présent lors des éditions précédentes du Bikers’ Classics, Krugger profitera de ce double anniversaire pour offrir aux spectateurs de ce premier week-end de juillet une surprise toute particulière. On ne vous en dit pas plus, ce ne serait plus une surprise, mais elle méritera le détour et permettra de voyager dans le temps en transposant les visiteurs dans un lieu mythique des Etats-Unis.
Quand on connaît la méticulosité de notre ami, on peut déjà être certain de la qualité de la fresque qu’il nous proposera.
Mais ce n’est pas tout ! En plus d’exposer ses réalisations passées, Krugger veut également montrer son travail actuel.
« Je bosse pour le moment sur un proto Honda CB 450 que j’ai baptisé « Tribute to Japan », nous confie le préparateur de génie. Une réalisation que je destine au Yokohama Show qui se tiendra à la fin de cette année.
Pourquoi une CB 450 Black Bomber?
Pour prouver qu’une moto basique peut devenir un café racer de la meilleure facture.Pour démontrer ce que tout le monde est capable de réaliser.
Pourquoi Yokohama et non les States ? Parce qu’il s’agit de la manifestation au niveau le plus élevé où, pendant deux jours, l’on découvre les extravagances les plus folles. Elles sont construites dans un tout autre esprit qu’en Amérique et sont l’œuvre de petits artisans qui, souvent, possèdent peu de moyens financiers. Ils doivent donc s’impliquer et rechercher des solutions personnelles novatrices pour arriver à leurs fins. En somme, l’esprit qui m’anime et qui correspond à mon univers personnel.
Aux Bikers’ Classics, j’exposerai donc cette Black Bomber non finie, en cours de fabrication, car je veux en garder l’exclusivité pour le Japon. Néanmoins les amateurs de mécaniques ne seront pas déçus et découvriront les solutions originales envisagées. »