La 11e édition des Bikers’Classics irradiée par un soleil estival.

Le soleil radieux qui a réchauffé les Bikers’Classics a été symbolique de l’événement.

Ce week-end, les spectateurs ont non seulement pu profiter de trois jours de ciel bleu, mais aussi d’une organisation plus qu’impeccable sur le mythique circuit de Spa-Francorchamps.

« Pour le moment, nous ne connaissons pas encore le nombre exact de personnes présentes à cette 11e édition, mais c’est certainement la meilleure année que nous ayons jamais eue » déclarait Olivier Aerts, responsable communication de DG Sport. « Cela s’est ressenti également au niveau de l’atmosphère, incroyablement détendue tant du côté des spectateurs que des participants. Cela s’est ressenti aussi du côté de l’organisation !»

Bien que l’annonce de dernière minute de l’absence du très populaire pilote de Superbike Rob Phillis fut une grande déception, les commentaires dithyrambiques de son compatriote Wayne Gardner sonnaient comme une douce musique aux oreilles d’Olivier Aerts.
« Ce fut un événement merveilleux, sourit le champion du monde 500cc de 1987. Tout s’est bien déroulé et les acclamations de la foule m’ont particulièrement réjoui.»
Etonnamment Gardner n’a pas piloté une Honda comme prévu, mais la Yamaha YZR 500 de 1986 de Christian Sarron.
« Elle ne possède pas la puissance de la Honda NSR avec laquelle j’ai déjà roulé cette année, précisait l’Australien, mais elle tourne de manière irréprochable. »
Au cours des spectaculaires parades de ce dimanche, réservées aux GP 500, Gardner, Sarron et Steve Plater eurent une belle surprise avec la présence de Scott Redding ! Surtout que l’actuel leader du championnat mondial Moto2 a mis un point d’honneur à faire du grand spectacle pour ses fans.

Au guidon d’une Suzuki RGV 500 pilotée par Kevin Schwantz en 1984 et aimablement prêtée par le collectionneur Steve Wheatman, le jeune Anglais de 20 ans s’est franchement amusé. « Le moteur pousse comme celui d’une 125 actuelle, mais il continue à tirer même en 6ième », blague le coureur du team belge VDS Racing.
« Je n’étais même pas né quand Kevin a couru avec cette moto, donc pour moi, c’est incroyable de la piloter. Il faudrait ramener ce genre de machines : je me suis senti complètement à l’aise !»
Pour Gardner, ce fut une expérience hors du commun. « Les Suzuki de Plater et de Redding étaient tellement rapides que j’avais l’impression d’être sur une 250cc » concluait-il.

Christian Jupsin, organisateur, se dit particulièrement ravi par le spectacle livré par Gardner, Sarron, Wil Hartog et le héros local Didier de Radiguès. « Mais la passion des side-caristes fut tout aussi grandiose et très appréciée du public. Les gens ont adoré voir des champions comme Rolf Steinhausen et Werner Schwärzel tirer leurs trajectoires au cordeau, comme à leur grande époque, mais ils ont aussi apprécié découvrir la technique et les mécaniques des trois roues exposés sous le grand chapiteau. Sans parler de l’accueil chaleureux et convivial des pilotes et des passagers. Clairement, la parade des side-cars est là pour durer. »

Pour la prochaine édition, DG Sport espère persuader un plus grand nombre de champions Superbike de se déplacer à Francorchamps.
« Les pilotes présents ont tout donné, mais j’aimerais encore ajouter quelques grands noms en 2014. Terry Rymer nous a promis de convaincre quelques-uns de ses anciens copains de course de venir en Ardenne et d’y amener les plus belles motos de la catégorie. Mon ambition personnelle, soulignait encore Olivier Aerts, est d’ajouter le roi Carl Fogarty sur notre liste d’engagés. Je pense y arriver ! »

Ces trois jours de parades, de séries libres, de courses – les 4 heures de Spa Classics furent très disputées et on ravit tant le public que les pilotes – combinés aux nombreuses animations tels les séances de dédicaces, les interviews, le marché des pièces d’occasion, les essais de la gamme Triumph et Ducati, se sont révélés être un grand succès.

De quoi attendre le premier week-end de juillet 2014 avec impatience !