Le retour de Julien Van Zeebroeck à Spa-Francorchamps

Le 6 juillet, cela fera exactement 40 ans que Julien Van Zeebroeck a remporté, à Spa-Francorchamps, le Grand Prix de Belgique dans la catégorie 50cc.

«Julienske» triomphait alors sur ses coéquipiers de chez Kreidler Van Veen, Angel Nieto et Eugenio Lazzarini. Afin de célébrer cette victoire historique, Van Zeebroek sera de retour à Spa-Francorchamps pour les Bikers’ Classics de cette année.

Julien Van Zeebroeck est le seul pilote belge à avoir remporté un Grand Prix dans la catégorie 50cc. Le pilote bruxellois a entendu trois fois l’hymne belge jouer pour lui au cours de sa carrière, mais cette victoire à Spa-Francorchamps était extraordinaire selon lui. « En 1974, je pensais pouvoir gagner le Grand Prix de Belgique facilement. Mais à Francorchamps, ce sont les virages qui viennent à vous, et pas le contraire, vous savez », dit-il en souriant. « Le circuit était très dangereux, nous avions toujours un œil sur le compte-tours et un doigt sur l’embrayage ».

Cette année-là, Van Zeebroeck n’a pas réussi à terminer sur le podium, malgré qu’il disposait du meilleur équipement possible. Lorsque le célèbre groupe Van Veen est devenu l’importateur belge des Kreidler en 1973, Van Zeebroeck s’est vu offrir une moto de course 50cc. « J’ai été choisi », comme le dit Van Zeebroeck, « J’ai fait le championnat belge sur une moto de course auparavant conduite par Jan Huberts. Mais il était bien plus grand que moi. J’étais juste un petit gars. En 1974, ils m’ont donné une moto géniale, et obtenir quelque chose gratuitement est toujours mieux que devoir payer pour l’avoir ! ».

L’équipier de Van Zeebroeck en 1975 est Angel Nieto, surnommé la « Furie espagnole ». Van Zeebrouck a terminé deuxième derrière le pilote ibérique lors du Grand-Prix d’ouverture de la saison 1975. « Nieto avait beaucoup plus d’expérience que moi. Mais il m’a toujours semblé très ouvert. En plus de ça, c’était l’ancien champion du monde, Jan de Vries, qui s’occupait de notre assistance technique ».

« UNE ERREUR IMPARDONNABLE »

Van Zeebroeck a terminé troisième en Allemagne, et a pris la cinquième place à Assen, lors du Grand Prix des Pays-Bas. Une semaine plus tard, les pilotes ont couru en Belgique, sur le circuit de Spa-Francorchamps, long de 14,1 kilomètres. « Je ne faisais jamais de très bons départs, mais à Francorchamps, tout s’est parfaitement déroulé », se souvient-il. « Je savais aussi que je devais rester calme, mais je ne voulais pas non plus montrer mes cartes trop rapidement. C’est pour ça que je me suis tranquillement approché de Angel et de Lazzarini. Les courses à Francorchamps étaient très difficiles au vu de la longueur et de la rapidité du circuit. La plus petite erreur pouvait vous coûter très cher. Il fallait se caler derrière la bulle, tirer au maximum profit du carénage et choisir attentivement sa trajectoire. Sans cela, vous n’auriez pas été capable d’atteindre le régime maximum de 16 800 t/m du moteur ».

Au cours de l’avant-dernier tour, le pilote belge a saisi sa chance, pour le plus grand plaisir de la foule enthousiaste. Van Zeebroeck est sorti du sillage de Nieto et a terminé quatre secondes devant l’Espagnol. « J’entendais la foule en délire à travers mon casque ! En sortant du virage en épingle de La Source, je saluais déjà la foule sur les gradins », se souvient Van Zeebroeck, aujourd’hui âgé de presque 69 ans. Et même s’il considère sa victoire à Francorchamps comme étant la meilleure de ses trois victoires de Grand Prix, il n’est pas complètement satisfait, même quarante ans plus tard. « Parce que j’aurais pu être plus rapide. Après la course, j’ai immédiatement demandé à Jan de Vries de me montrer mes temps. Saluer la foule m’a coûté un temps précieux, vous savez. Cela m’a vraiment rendu malade. C’était une erreur impardonnable ! »

MAGNIFIQUE

Tout comme en 1974, Julien Van Zeebroeck a terminé troisième au classement du Championnat du monde en 1975. Quarante ans plus tard, il sera une figure marquante de la Parade 50cc des Bikers’ Classics, les 4 et 5 juillet. Cela représentera une occasion excellente de partager, avec Jan de Vries et Eugenio Lazzarini, qui seront présents également, des souvenirs sur cet historique Grand Prix de Belgique de 1975. « Francorchamps était magnifique à mes yeux. Quelle moto vais-je conduire aux Bikers’ Classics ? Je ne sais pas encore. Peut-être devrais-je passer un coup de téléphone à Jan ! ».