Steinhausen et Schwärzel ne se sont pas parlé pendant 15 ans !

Anciens champions du monde, mais aussi compatriotes, Rolf Steinhausen et Werner Schwärzel ont évité tout contact quand ils étaient rivaux en Grand Prix.

« Nous avions tous les deux les mêmes objectifs, nous voulions gagner et devenir champion du monde » explique Steinhausen.
Pourtant lors des prochains Bikers’Classics, les 5, 6 et 7 juillet, ils se retrouveront et participeront ensemble à la parade réservée aux side-cars.

« Pendant 15 ans, nous ne nous sommes pas parlé, mais nous ne nous sommes jamais heurté sur la piste » affirme Rolf Steinhausen, champion du monde en 1975 et 1976.
« Nos mécaniciens ont d’ailleurs toujours été en contacts les uns avec les autres. Je me rappelle qu’en Allemagne, Werner n’a pas été autorisé à prendre le départ parce que le directeur de course n’acceptait pas ses chaussures de boxe. Mes mécaniciens lui ont alors apporté une de mes paires de bottes de rechange et …il a gagné l’épreuve. Je ne veux pas récupérer ces bottes, des bottes qui ont été portées par Werner Schwärzel ! » sourit-il.

Les deux anciens champions du monde apprécient le circuit de Spa-Francorchamps. Schwärzel y a battu son rival lors du Grand Prix de Belgique de 1977, mais Steinhausen a triomphé pas moins de quatre fois sur le tracé ardennais.
« J’ai gagné sur l’ancien et long circuit puis sur le nouveau, bien plus court » se souvient Rolf. Sur le König et avec Sepp Huber, j’ai remporté mon premier G.P. en 1974 en battant les champions du monde Klaus Enders et Ralf Engelhardt. Ce grand circuit était fantastique et j’adorais les courbes prises à haute vitesse mais aussi le virage de l’Eau rouge.

Mon fan club se postait toujours au même endroit et une année je m’y suis arrêté lors des essais pour permettre à Sepp de prendre une bière ! Juste pour rire !
Une autre année, j’avais remarqué qu’un policier se tenait devant une barrière de sécurité dans un virage qu’on négociait vraiment rapidement. Au tour suivant, j’ai délibérément pris une autre trajectoire et je suis passé au plus près de lui à 260km/h. Le tour d’après il était de l’autre côté des rails !

Rolf Steinhausen a débuté sa carrière en side-car en 1967 après un accident en course moto et un horrible accident de ski. En 1975, il est entré dans les livres d’histoire en devenant le premier champion du monde avec un moteur deux temps alors que, pour sa part, Werner Schwärzel fut le premier a gagner un Grand Prix au guidon d’un König deux temps lors de la saison 74. Schwärzel avait déjà été deux fois deuxième derrière le sextuple champion du monde Klaus Enders avant de conquérir enfin la couronne mondiale en 1982 en compagnie d’Andreas Huber. En 1985, il terminait à égalité de points avec Egbert Streuer et Bernhard Schnieders, mais on attribua le titre au tandem hollandais qui avait remporté plus de victoires.

De multiples fois champion d’Allemagne, Werner Schwärzel décida de prendre sa retraite alors que Rolf Steinhausen poursuivit sa carrière durant quatre années encore au terme de 30 ans de compétitions side-cars au plus haut niveau.

Aux Bikers’Classics, Schwärzel pilotera un König de 1969 magnifiquement restauré alors que Steinhausen amènera son long et unique Busch-König avec lequel il s’imposa en 1976.

« Aujourd’hui, Werner et moi sommes de bons amis et nous nous parlons régulièrement » explique un Steinhausen qui va bientôt fêter ses 70 ans. « Je pense que c’est ainsi que les choses devaient être mais je suis impatient de le revoir aux Bikers’Classics ».

 

Photo: Jan & Hetty Burgers / Frank Bischoff